Spécialisée en Droit de la santé
en Droit du dommage corporel
Qualification spécifique Indemnisation
des traumatisés crâniens
Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Victime - bébé secoué. Article Le Parisien 2 septembre 2015

Victime - bébé secoué. Article Le Parisien 2 septembre 2015

Le 07 septembre 2015

Argenteuil : deux ans de prison avec sursis pour la nounou violente

 
Illustration. Une ancienne nourrice d’Argenteuil a été condamnée ce mardi soir à deux ans de prison avec sursis pour avoir secoué en 2010 un bébé de six mois. 

La petite Loriane a fait sa rentrée en CP ce mardi matin dans son école d’Argenteuil. Une chance pour cette petite fille qui suit une scolarité normale et qui ne présente pas de séquelles à l’heure actuelle, malgré les violences exercées par sa nounou il y a cinq ans. Diana C., 56 ans, a été condamnée ce même jour à deux ans de prison avec sursis et mise à l’épreuve par le tribunal correctionnel de Pontoise pour avoir secoué la petite fille dont elle avait la charge lorsqu’elle avait 6 mois.

Elle a aussi été reconnue coupable de blessures involontaires par négligence à l’encontre des trois autres enfants qu’elle gardait. Et pour lesquels l’instruction judiciaire n’a pas permis de démontrer le caractère volontaire des violences. Les parents les avaient récupérés blessés à l’oreille sérieusement, présentant aussi une fracture du tibia, des hématomes ou des rougeurs douteuses. Le tribunal a également prononcé une interdiction d’exercer pendant cinq ans une activité professionnelle en relation avec des mineurs.

« Nous avons eu beaucoup de chance », confie à l’issue de l’audience la maman de Loriane, un temps suspectée d’être à l’origine des violences sur sa fille. « Lorsque je suis allée la chercher chez la nourrice, elle a été prise de vomissements et de convulsion devant moi. Sinon, nous ne l’aurions peut-être jamais su… » Des parents aujourd’hui confiants sur l’évolution de leur fille, qui attendent cependant le prochain bilan neurologique en fin d’année scolaire.

Loriane avait été accueillie chez la nounou en décembre 2009 dans un joli pavillon près de la mairie d’Argenteuil. Le 15 janvier suivant, prise de vomissements, elle est hospitalisée une première fois, puis le 18. On évoque une gastro, personne ne parlant de chute ou de coup. Début février, les vomissements reprennent, puis les convulsions, devant la maman. Les médecins diagnostiquent alors un hématome sous-dural bilatéral et une fracture du crâne, qui signent le syndrome du bébé secoué. Selon les experts, il y a eu au moins deux épisodes de secousses.

Depuis le début, la nounou conteste toute violence de sa part, assurant que ce sont sans doute ses deux enfants de 3 et 4 ans à l’époque, très turbulents, qui seraient à l’origine des faits. Sa fille aurait laissé Loriane tomber de ses bras, son fils l’aurait frappée avec un jouet… Des hypothèses balayées par les experts mais auxquelles la prévenue s’est encore accrochée à l’audience, reconnaissant simplement sa négligence. « J’étais débordée. Je n’ai pas su réfléchir. Je suis désolée de ce qui est arrivé à ces enfants », murmure-t-elle, parfois en larmes.

« J’étais épuisée. Emotionnellement, je n’ai pas su faire face. J’avais besoin d’aide. » La présidente Laurence Tinseaux insiste, sentant la prévenue au bord de la confession. « Mettez-vous à la place des parents. Vous leur devez la vérité. Avez-vous secoué ce bébé ? » « Non », répond Diana C.

L’avocate des parents, Me Blandine Heurton, a rappelé que la famille espérait des explications et qu’elle vivait aussi avec l’angoisse de l’évolution neurologique de Loriane. « C’est une question qu’ils se posent au quotidien, par exemple lorsque leur fille ne dispose pas les cubes dans le bon sens… »